Excision au Burkina: une lueur d’espoir après 30 ans de lutte

GUEST STARS communication

Au Burkina Faso comme dans de nombreux pays de la sous-région, les mutilations génitales féminines, sont des pratiques qui ont causés de nombreux dommages dans la vie communautaire. L’excision, la forme la plus répandue des MGF, touche 67,6% des femmes de 15 à 49 ans; 11,3% des fillettes de moins de 15ans.Après 30 ans de lutte, c’est désormais les populations qui s’engagent pour le combat. En effet, selon le rapport annuel de l’UNFPA Burkina, 3661 villages et secteurs ont pris l’engagement de mettre fin aux MGF .

Selon L’OMS (Organisation Mondiale de la Santé), les mutilations sexuelles féminines recouvrent toutes les interventions incluant l’ablation partielle ou totale des organes génitaux externes de la femme ou autres lésions des organes génitaux féminins pratiquées pour des raisons non médicales.
Dans la Déclaration conjointe OMS/UNICEF/UNFPA, les mutilations sexuelles féminines sont classées en quatre types. Ces quatres (04) types comportent notamment le type1 qui…

Voir l’article original 952 mots de plus

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s