Education au Burkina Faso Le mois de décembre : ce nid de grève dans les lycées et collèges

Le système éducatif du Burkina Faso est confronté par des grèves à répétition depuis les années 1998 suite à l’assassinat du journaliste Norbert Zongo. Ainsi, le mois de décembre connait une série de manifestations dans les lycées et collèges.

Photo d’illustration

Les grèves sont devenues « le quotidien » des Burkinabè. Et les lycées et  collèges  ont pris le monopole de ces manifestions depuis le 13 décembre 1998 suite à l’assassinat du journaliste Norbert Zongo. En effet, les élèves, dans l’optique d’accompagner leurs enseignants dans la quête de la justice pour leur collègue, ne tardent pas à observer une grève.
Cependant, au-delà de cette manifestation qui est normale, les horaires décrétés à cette cause posent problème. Plusieurs établissements observent 72 heures de grève voire plus. Pire, ce temps qui devrait être un moment de recueillement est, pourtant une occasion pour les élèves d’oublier leurs cahiers et de se retrouver dans les « grins » de thé pour s’adonner au loisir. Ces élèves, qui n’ont pour la plupart pas connu Norbert Zongo, ne songent pas à copier l’exemple de leurs encadreurs.
 Alors, si ces scolaires se plaisent dans l’exercice de cette « activité », il revient aux parents de ceux-ci de jouer leur rôle d’éducateur à travers des sensibilisations. Ils doivent faire savoir à leurs enfants qu’une manifestion d’une heure peut avoir plus d’impact que celle d’une semaine. De même, ils doivent comprendre que si l’on décrète un temps donné pour une grève, des actions doivent munir cette période notamment des sit-in.
Toutefois, force est de reconnaitre qu’en plus de la commémoration de l’anniversaire de la mort de Norbert Zongo, certains élèves profitent greffer des revendications. Les problèmes d’infrastructures, d’évaluations et bien d’autres problèmes attendent habituellement le mois de décembre  pour être réclamés. Ce qui laisse voir cette période de l’année scolaire comme un nid de grève. « Rien ne sera comme avant », ce qui emmène à espérer que  cette année et celles à venir seront mieux pourquoi pas meilleures que les autres passées.

Frank POUGBILA
kenzopougbila@gmail.com

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s