INSALUBRITE DANS LA VILLE DE OUAGADOUGOU

Les caniveaux transformés en poubelles publiques

Généralement prévue pour drainer les eaux des pluies et les eaux usées, les caniveaux jonchant l’avenue Charles de Gaule ont basculé vers une autre fonction : celle de dépotoir et déversoir de toutes sortes de déchets. Ce phénomène est assuré par les ménages mais aussi les commerces aux abords de ces caniveaux. Enquête au cœur d’une pratique néfaste.



C’est un triste constat fait dans les caniveaux aux abords de l’avenue Charles de Gaule, partant du musée national au canal du quartier wemtenga. Des sachets, des morceaux de bois, du sable, des bidons usés, des cartons sans oublier l’eau qui coule en permanence dans ces canaux, ce sont les déchets que l’on peut constater à vue d’œil. L’origine de la saleté de ces canaux serait d’abord due à la pédiatrie.
En effet pour Mr DABIRE Daniel, un des premiers riverains du quartier, les canaux auparavant étaient plutôt propre. Mais depuis un certain temps, il y a un écoulement d’eau, et c’est de la pédiatrie que viendrait l’eau qui coule dans les caniveaux ; cette eau qui pour lui est souillée, car venant d’un hôpital ; chose d’autant plus anormal car les caniveaux sont faits uniquement pour drainer les eaux des pluies. Il reconnait aussi le rôle qu’eux riverains jouent dans le processus d’insalubrité du caniveau situé sur cette avenue. Les ménages riverains déversent les eaux usées et les déchets dans les caniveaux. Il n’est donc pas rare de voir des ménages qui créent une canalisation de leur domicile aux caniveaux où toute sorte d’eau usée y est déversé même ceux provenant des toilettes.
Un autre aspect qui favorise cet état de fait c’est le manque ou l’insuffisance de suivi control de l’État sur les infrastructures qu’elle réalise. Même s’il faut reconnaitre qu’un effort est déjà consenti dans le control de certaines infrastructures de voirie par la mairie, ce n’est pas totalement le cas pour ce qui est caniveaux. Le cas de l’écoulement de « l’eau verdâtre » de la pédiatrie sans réaction des autorités malgré les plaintes posées par les riverains sur ce fait est un cas révélateur… C’est donc dire qu’il y a un « laisser aller » et beaucoup de liberté raison pour laquelle ces les ménages n’hésitent pas eux aussi à se comporter de la sorte, et de même les petits commerces comme les mécanos aux abord de ces caniveaux qui jettent les débris issus de leur activité dans les caniveaux. Raison pour laquelle on retrouve aussi des morceaux de chambre à air des pneus des écrous…  En atteste l’image.

                       
Tous ces actes posés aussi bien par les riverains que les commerces ont des retombés sur la population riveraine elle-même mais aussi pour les environnants. Il n’est donc pas rare de voir beaucoup de cas de paludisme et une colonie de moustiques dans ce quartier ; « Il est quasiment impossible de rester dans sa cour aux environs de 18h à cause de la forte densité des moustiques ; c’est vraiment un problème, que nous vivons au quotidien. » nous confie M. DABIRE.
Ainsi pour pallier ce problème d’insalubrité sur cette avenue, Il faudrait bien que des mesures drastiques soient prisent. Il revient à la population riveraine pour leur propre sécurité à eux, d’organiser des séances de cure de caniveaux pour qu’il y ait un peu plus de salubrité dans leur entourage. Ces pratiques malsaines de déversement de déchets dans les caniveaux doivent être abandonnée et pour cela une sensibilisation est alors nécessaire ; ne serait-il pas plus judicieux que l’État instaure des sanctions ? À cette question, M. Alpha YAMEOGO répond : « Ce sont les mairies qui doivent le plus s’impliquer dans la gestion de ces infrastructures. Ils peuvent instaurer des lois de paye d’amande pour toute personne qui serait pris à verser des déchets dans les caniveaux. Ainsi ça amènera les gens à plus de propreté et de soucis d’entretien de ces infrastructures. »

   Les associations dans la lutte contre l’insalubrité

Dans le souci d’accompagner les riverains et les populations à être plus propres et à éviter de jeter les déchets dans les caniveaux, de bonnes volontés ont mis la main à la pâte en assurant la pré-collecte des ordures ; il s’agit ici de l’association « Toum-Toogo » qui fait du porte à porte une fois par semaine pour la collecte des déchets ménagers.
Malgré les efforts consentis par ces associations, ces caniveaux demeurent sales car tous les ménages riverains n’y sont pas abonnés.  
                              
· Djamila TOPAN & Alex SOME

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s